Charlotte Fairbank, ou le tennis dans le sang

Charlotte Fairbank, actuellement n°3 française et 34ème mondiale, est une des valeurs montantes du tennis fauteuil. A bientôt 28 ans, la jeune femme est une passionnée de tennis et une femme d’exception. Elle suit des études de Droit anglais en parallèle de sa carrière professionnelle. Pour la première fois cette année, Charlotte va participer au BNP Paribas Open de France en juin à Antony. Portrait. 

Une passionnée de tennis

Rien ne prédestinait la jeune femme à devenir une championne de tennis fauteuil.En 2007, alors qu’elle est âgée de 15 ans, Charlotte saute d’un ballot de foin qui roule à toute vitesse et l’écrase. Elle n’arrive pas à se relever, ses jambes sont paralysées. Elle devient paraplégique. La jeune Française commence le tennis tardivement, en 2016, « un peu par hasard ».La faute à un système universitaire n’offrant pas aux personnes handicapées la possibilité de pratiquer le sport, mais surtout à un incroyable dynamisme qui l’a poussé à voyager de l’Angleterre à l’Italie en passant par l’Argentine et la France. 

Je pense que c’est cette envie qui va me pousser à aller toujours plus loin et travailler toujours plus dur afin d’atteindre mes objectifs

Charlotte Fairbank

D’un naturel sportif, la polyglotte, comme certains aiment l’appeler, avait déjà pratiqué le basket mais surtout la natation à haut-niveau. Le tennis représentait un nouveau défi mais surtout une passion. Cette passion, elle est au coeur de sa pratique. « Sans cette passion je ne pense pas que je serais arrivée là où j’en suis maintenant. Je pense que c’est cette envie qui va me pousser à aller toujours plus loin et travailler toujours plus dur afin d’atteindre mes objectifs. »Capable de se lever la nuit pour suivre les matchs de l’Open d’Australie, de rester plus longtemps sur un tournoi pour observer les matchs, Charlotte Fairbank vit et respire tennis. « Je pense que ça m’aide surtout en ce moment car je suis vraiment dans le vif de l’apprentissage technique … Etre complétement enthousiasmée par ce sport me permet de développer mon jeu en regardant des matchs dès que je peux ».Être passionnée lui a donc permis d’apprendre plus vite et avec le sourire, comme lorsqu’elle a passé plusieurs mois à s’entraîner en Argentine avec l’équipe nationale.

Charlotte Fairbank à droite

Une progression fulgurante

Avec seulement 81 matchs disputés sur le circuit international de tennis fauteuil, Charlotte Fairbank est encore une novice. « C’est parfois compliqué de se sentir à sa place. Je regrette par exemple de ne pas avoir commencé plus jeune, car je vois que beaucoup de grandes joueuses sont plus jeunes que moi ». Cependant, peu de joueuses peuvent se targuer d’avoir en seulement deux ans de compétition, atteint la 34ème place mondiale, gagner des futures et participer à la Coupe du Monde avec l’équipe de France !

Sa progression rapide lui donne beaucoup d’objectifs à atteindre. Ses rêves s’écrivent évidemment sur les courts de tennis avec des ambitions olympiques aux Jeux de Tokyo (2020). Elle souhaite également participer à Roland-Garros, le graal pour une française. 

L’équipe de France de tennis fauteuil. Tout à gauche, Charlotte Fairbank.

Une sportive et étudiante

Comme tant d’autres, Charlotte Fairbank mène de front une double carrière, celle de joueuse de tennis fauteuil professionnelle et celle d’étudiante en Droit pour s’assurer un avenir après l’aventure tennistique. Jongler entre ses révisions et ses entrainements au Centre National d’Entraînement n’est pas évident. Car si les études lui permettent de rester stimulée intellectuellement et de sortir « de la petite ‘bulle’ du tennis »,la fatigue s’accumule. « C’est difficile de me focaliser entièrement sur mon tennis et je le ressens d’un point de vue physique et mental ». Entre le manque de sommeil et le stress cumulé du tennis et des examens, Charlotte Fairbank cherche encore son équilibre.

Une fois sa carrière terminée, elle souhaite devenir avocate dans le Droit médical en Angleterre, son pays d’origine. Engagée, Charlotte l’est aussi pour montrer que le handicap n’est pas limitant, elle qui souhaite que le sport soit intégré dans la vie de tous les jours des personnes en situation de handicap. 

A suivre donc, sa prestation lors du BNP Paribas Open de France, du 11 au 16 juin prochain, dans sa course aux points pour l’obtention d’un billet pour les JO de Tokyo 2020 !

Auteur: Valentin Desanges