Débrief jour 6

La 33ème édition du BNP Paribas Open de France a couronné deux nouveaux champions : Koji Sugeno en quads et Diede De Groot en dames. Elle a également vu le tenant du titre messieurs, Gustavo Fernandez, conserver son titre après une magnifique finale. Retour sur la dernière journée.

Finale Quads : Sugeno, première fois !

Le Japonais Koji Sugeno a remporté pour la 1ère fois de sa carrière un Super Serie, à 36 ans. Après des titres cette année dans les catégories ITF 3 (Kobe), ITF 2 (Busan) et ITF 1 (Ile de Ré), Sugeno a soulevé le plus grand trophée de sa carrière. Sa carrière a débuté très tardivement chez les quads. Il n’a disputé que 65 matchs dans cette catégorie après quelques matchs chez les messieurs où il n’a jamais été mieux classé que 144ème mondial.

Sa finale contre Lapthorne a été indécise tout au long du match. Si le Britannique a pris le meilleur départ dans ce match (6/4 au premier set), Sugeno a inversé la tendance pour remporter les deux suivants sur un score très accroché (6/3 6/4). Lapthorne a servi deux doubles fautes pour offrir la victoire finale à Sunego qui pouvait célébrer sa grande performance du jour toute en retenue.

 

Finale Dames : De Groot s’impose face à Kamiji

Diede De Groot a réalisé la même performance que Sunego : elle a remporté pour la première fois de sa carrière le BNP Paribas Open de France. En s’imposant 7/5 6/4 face à sa grande rivale Yui Kamiji, De Groot a marqué les esprits et étoffé son palmarès d’un titre supplémentaire. Elle rejoint la longue liste des Hollandaises qui ont gagné à Antony. Surtout, elle succède à Griffioen, la plus grande joueuse de l’histoire du tennis fauteuil, également Hollandaise, dont elle espérait imiter la performance.

L’ère De Groot s’est peut-être ouverte cet après-midi. Avec sa force de frappe, sa vitesse de déplacement De Groot a dominé la Japonaise. Elle a joué un tennis offensif tout au long de la semaine et particulièrement lors de cette finale. Kamiji malgré tous ses efforts, n’a pas réussi à contenir la puissance et les velléités offensives de la Néerlandaise.  

 

Finale Messieurs : Fernandez conserve son titre

Devant des tribunes remplies et sous un ciel bleu azur, Gustavo Fernandez a conservé son titre face à Joachim Gérard. Agressif et percutant, le Belge est pourtant celui qui a le mieux commencé le match, en remportant le 1er set 6/4. Il maîtrisait alors son sujet et a même mené 2 jeux à 0 dans la seconde manche. L’Argentin a alors élevé son niveau de jeu en frappant de plus en plus fort et en étant très offensif. Le match a alors basculé (6/3 Fernandez), Fernandez jouant son meilleur tennis. Dans l’esprit du public, le résultat a paru clair lorsque l’Argentin a mené 4 jeux à 1. C’était sans compter sur la combativité du Belge qui est revenu à 5/4, porté et soutenu par les spectateurs. Après avoir manqué une balle de débreak, Gérard a expédié un dernier revers en dehors des limites du terrain. Fernandez a alors levé les bras au ciel et a laissé exploser sa joie.