Portrait: Charlotte Famin, ou l’éloge du courage

Championne de France de tennis en fauteuil depuis 2012, Charlotte Famin participera une nouvelle fois au BNP Paribas Open de France qui se déroulera du 19 au 24 juin. Actuelle 11ème mondiale, elle vit le tennis comme une seconde vie et un moment de partage avec sa famille. Portrait d’une femme courageuse.

Du tennis à la restauration

Originaire du Calvados, à Coleville-Montgomery pour être exact, Charlotte Famin a pratiqué le football durant son enfance, avant de devenir tenniswomen dans son adolescence. Son meilleur classement est alors 15/3. Elle arrête le tennis à 18 ans lorsqu’elle commence ses études post-bac. Elle se forme au commerce et à la gestion, et devient responsable en salle d’un grand restaurant parisien.

"Je rentrais du boulot. Il (le conducteur) devait faire autre chose et ne m’a pas vu. J’avais 35 ans"
Charlotte Famin
11ème mondiale

C’est une nuit d’octobre 2008 que sa vie bascule. « Je rentrais du boulot. Il (le conducteur) devait faire autre chose et ne m’a pas vu. J’avais 35 ans ». Le diagnostic est sans appel : sa jambe gauche doit être amputée. La suite est longue et chaotique. Charlotte Famin enchaîne les rééducations. Les opérations aussi, car les douleurs sont trop fortes. Pendant ces longs mois, la normande rencontre Monique, qui deviendra en 2015 la femme de sa vie, et renoue avec une passion abandonnée depuis plus de 15 ans : le tennis.

De la restauration au tennis

Alors que les douleurs persistent, un médecin lui conseille de faire du sport. Charlotte s’essaye à l’aviron, qu’elle arrête rapidement car c’est trop difficile pour elle. Très vite, elle envisage de reprendre le tennis : « Il m’a fallu tout réapprendre. Je suis habituée à marcher avec ma prothèse, je n’utilise le fauteuil que pour le tennis ». Les premiers entraînements sont éprouvants, la pratique de ce sport nécessitant beaucoup de coordination. Cependant, le tennis lui offre un nouveau défi et surtout lui permet d’accepter plus facilement son handicap. En côtoyant d’autres blessés de la vie, en faisant de son handicap une force et une différence, Charlotte Famin trouve sa voie. Sa nouvelle vie de joueuse professionnelle débute à La Roche-sur-Yon en 2011 par une superbe victoire. C’est le début d’une magnifique histoire.

Très vite, les résultats sont au rendez-vous. Elle devient pour la première fois championne de France en 2012, seulement 4 ans après son accident. Depuis, elle n’a jamais rendu son titre. Son classement mondial progresse au fil de ses succès, jusqu’à atteindre le 9ème rang en décembre 2017. Sa réussite est avant tout une réussite familiale selon elle, chaque membre de la famille y a contribué. Deux de ses frères par exemple se sont remis au tennis. Sa participation aux Jeux paralympiques de Rio de 2016 est un aboutissement, malgré sa défaite au second tour. Pour l’occasion, toute la famille avait fait le déplacement pour venir encourager leur championne. « Tout est possible quand l’énergie provient de la famille » a déclaré Charlotte.

Titres de Championne de France de tennis fauteuil

Des ambitions olympiques

Âgée de 45 ans aujourd’hui, la championne française a de très grandes ambitions, notamment celle de remporter l’or aux Jeux Paralympiques de 2020 à Tokyo. Pour réaliser son rêve, Charlotte Famin doit atteindre certains objectifs avant l’échéance olympique : être dans le top 24 mondial et avoir 2 qualifications pour la Coupe du monde. Mais surtout, la Française souhaite intégrer le top 7 mondial, classement qui permet d’intégrer les tableaux de Grands Chelem. A ce jour, elle n’a pu participer qu’à Roland-Garros.

Les efforts qu’elle déploie sont à la hauteur de ces ambitions. Charlotte s’inflige une préparation intense, et travaille surtout sur son déplacement, qu’elle doit améliorer. Comme cadre d’entraînement, elle a choisi de retourner à Ouistreham, où elle a commencé le tennis. Et entre deux sessions de tennis, elle part nager, sport moins traumatisant pour le corps. Sa programmation de tournois a été réduite au minimum cette année (seulement 5 matchs disputés en 2018), car elle privilégie sa préparation. Avant d’enchaîner plus de 25 tournois lors des deux prochaines années. Sa famille est toujours son moteur principal et lui a donné rendez-vous à Tokyo en 2020. La rumeur dit même que les billets sont déjà achetés… Qu’elle réalise ou pas son rêve, selon elle, l’important est ailleurs : « Ma vie d’avant s’est arrêtée, celle d’aujourd’hui avec le tennis en est une nouvelle, faite de joies ».