TOKYO 2020: Kunieda se confie

À un an de Tokyo 2020 : Kunieda se confie

Triple médaillé d’or aux Jeux Paralympiques, Shingo KUNIEDA doit encore se familiariser avec l’idée que les Paralympiques vont se tenir dans sa ville d’origine, Tokyo, en 2020. Mais il est déterminé à laisser sa marque quand les Jeux commenceront dans 12 mois.

A 35 ans, Shingo a gagné la médaille d’or à Beijing en 2008 et à Londres en 2012 en simple et en double à Athènes avec Satoshi SAIDA en 2014. Quant à l’idée de gagner une nouvelle fois à domicile, il reconnait que c’est son rêve.

« Je n’arrive toujours pas à croire que dans un an il y aura les Jeux Paralympiques à domicile. Les Japonais aiment les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, donc ça va être très excitant et il va y avoir une super ambiance côté supporters. »

Malgré sa défaite aux Paralympiques d’Athènes au premier tour en simple face à David HALL, il a été intouchable à la fois à Beijing et à Londres. Il a remporté puis défendu son titre sans perdre un set. Mais sa série de 14 victoires a été stoppée en quart de finale à Rio en 2016 par Joachim GÉRARD, qui a alors remporté le bronze.

Interrogé sur son meilleur souvenir Paralympiques à l’approche de cette 5ème édition des Jeux, il répond : « Londres en 2012 était mon meilleur souvenir car les spectateurs connaissaient le tennis. C’était très excitant de jouer là-bas. Et j’ai gagné la médaille d’or, donc ça ne peut qu’être le meilleur souvenir pour moi. ». Il a déjà prévu de s’entrainer sur les courts où les matchs se dérouleront dans un an : « L’Ariake Stadium est toujours en construction mais on devrait pouvoir jouer après les tournois ATP d’octobre. »

Les Jeux de Tokyo 2020 représentent plus qu’une simple quête de gloire pour KUNIEDA . C’est une chance pour lui, Yui KAMIJI et tous les joueurs japonais de tennis fauteuil d’inspirer les futures générations d’athlètes. « Je ne peux pas vraiment imaginer comment ça va être en 2020. Pour beaucoup de personnes, se sera la première fois qu’ils verront du tennis en fauteuil – et je veux leur montrer à quel point cette discipline peut être palpitante. »

Source: itftennis.com